All Them Witches – Lightning At The Door (2013)

All Them Witches - Lightning At The Door
Label : autoproduit
Pays : États-Unis

All Them Witches – Charles William

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Disons le sans détour, All Them Witches est un des groupes de Rock les plus injustement méconnus. Mêlant Stoner à l’ancienne, Blues rageur et riffs massifs intemporels saupoudrés de psychédélisme, leur premier album Lightning At The Door est une pure merveille enregistrée en live !

Composé de Michael Parks à la basse et au chant, de Robby Staebler à la batterie, de Ben McLeod à la guitare et d’Allan Van Cleave au clavier, All Them Witches opère de Nashville dans le Tennessee. Au delà des débats sur les choses qui peuvent encore être apportées au Stoner, à l’heavy Rock et au psychédélisme, nous avons ici affaire à l’originalité à son meilleure.

L’album s’ouvre sur le Doom psychédélique grésillant de Funeral For A Great Drunken Bird suivi de When God Comes Back qui débute comme un morceau de Blues acoustique classique… en légèrement plus violent, ou comment trouver l’équilibre parfait en toute circonstance (clip ICI). Troisième piste, The Marriage Of Coyote Woman est la plus calme de l’album, donc pas forcement représentative dans la forme, mais elle l’est dans le fond, c’est une pépite !

Ce qui surprend, ce sont les ambiances que le groupe parvient à créer. La magique Swallowed By The Sea, qui explose après 2 minutes pour finalement se radoucir dans une long final atmosphérique, est le parfait exemple du grand écart que propose presque chaque piste, boites mystère imprévisibles. Et si la première moitié de l’album vous a fait monter au ciel, le titre Charles William qui débute la seconde partie vous propulsera dans les étoiles (encore un clip ICI, regardez ce qu’il se passe à partir de 2 minutes 30).

L’album s’achève sur le Blues Rock crasseux et hanté de The Death Of Coyote Woman, incarnation des effets produits par Led Zeppelin en tant que muse séductrice, l’interlude Romany Dagger et le grand final Mountain, piste Stoner chargé de mélancolie. Organique et authentique, remarquable sur tous les plans, ce n’est pas le résultat d’une folle inspiration ou d’un goût phénoménal, c’est de la magie.